DÉCOUVERTE : le firefighter combat challenge, ce sont «les deux minutes les plus dures du sport»

SPV - Sapeurs-Pompiers Volontaires

DÉCOUVERTE : le firefighter combat challenge, ce sont «les deux minutes les plus dures du sport»

Nouveau messagede Admin » 09 Mai 2014, 09:11

Image

Aux États-Unis, c’est actuellement une discipline qui fait fureur. Casqués, bottés, le visage enserré dans un appareil respiratoire, les sapeurs-pompiers ont maintenant leur sport à eux.

Symbole de la virilité, fantasme de ces dames, le soldat du feu a inventé le « firefighter combat challenge ». Et ce n’est pas du cirque. La preuve ? Les plus grandes chaînes américaines s’arrachent la finale du Firefighter, comme celle du Super Bowl ou des as de la NBA. Cette année, le dernier round avait lieu à Las Vegas, Nevada. On l’aurait parié : là où il y a du… show, il y a bien sûr du fric…

Les pompiers sont plus glamours que les catcheurs, les gros moustachus ou barbus bedonnants, bardés de tatouages. C’est donc moins stupide que de tirer, à la force des biceps ou du jarret, des tracteurs ou des semi-remorques ; c’est certainement plus exaltant que de scier des troncs à la vitesse de l’éclair. Ici, on est en plein dans le métier. Alors, ça sert au moins à faire avancer les choses…

« Aux States, chaque caserne possède son équipe. » À l’entendre, Guillaume Ghesquier y est déjà allé. Faute d’avoir traversé l’Atlantique, ce « pin-pon » tourquennois a vu sur les réseaux sociaux qu’il y avait un réel engouement pour ce phénomène forcément ricain. Les collèges ou les universités ont leur discipline de prédilection. Ou tout bonnement leurs « cheerleaders ». Ces messieurs à la gueule de mecs ne font pas dans le frou-frou, ni le glamour, mais plutôt dans le vécu…

« En Europe, les sapeurs-pompiers de la firebrigade de Berlin amenèrent ça en 2007. Allemands, Lituaniens et Slovènes ont maintenant leur équipe nationale. La mode vient essentiellement des pays de l’Est. En France, ce sont les SP de Strasbourg qui ont initié le firefighter. Ils disposent même, maintenant, d’un parcours normalisé. »

Curieux, Ghesquier et ses quelques camarades voyagèrent donc à leurs frais pour découvrir le milieu. « Cela fait déjà plusieurs années que nous nous déplaçons, à Strasbourg, en Suisse. L’idée nous est donc venue de partager. Sous l’égide de l’Union départementale des Sapeurs-Pompiers du Nord, nous avons effectué des sélections ouvertes aux collègues de la région. Le bouche-à-oreille a fonctionné : nous avons reçu quarante-cinq candidats, pour ensuite établir une sélection des onze meilleurs. »

Les Nordistes ont au moins eu le mérite de s’essayer à ce qui ressemble à un véritable parcours du combattant, avec ses règles strictes. « Le parcours, normalisé, est représentatif des efforts fournis sur les lieux d’intervention. C’est si vrai que notre hiérarchie s’y intéresse. » En Alsace, on a déjà vaincu le scepticisme en se dotant d’un vrai parcours de firefighter. Et ça marche ! Ce week-end, les Nordistes avaient aussi une compétition à Metz. Début juin, ils se rendront justement à Strasbourg, pour le traditionnel Challenge. « Il y aura les meilleures équipes américaines, ce sera du costaud », prévient déjà Guillaume Ghesquier.

La sélection nordiste s’entraîne donc d’arrache-pied pour tenter de gommer le retard sur ses adversaires ; le cas échéant, de ne pas passer pour des touristes. « Nous avons fait quelques entraînements communs dans différentes casernes de la région. Ce que nous recherchons avant tout, c’est la cohésion. Nous ne voulons pas forcément devenir des champions, mais nous soignons l’esprit d’équipe. Et puis, nous avons aussi le plaisir de faire des rencontres, d’aller au-devant d’autres cultures, de voir d’autres manières d’intervenir. Les échanges sont constructifs, c’est un tout. »

Le firefighter combat se dispute donc en tenue de feu, appareil respiratoire sur le visage et bouteille sur le dos. Comme des vrais, à l’assaut du feu ! Le slogan US en dit long sur l’intensité de l’effort : « Les deux minutes les plus dures du sport »… Ça laisse rêveur ! Guillaume et les siens, adeptes de la musculation, du triathlon ou du cyclisme, en redemandent. « C’est un effort complet. Il n’y a rien de comparable avec les disciplines que nous pratiquons par ailleurs. Il faut être endurant ; c’est un effort court, d’un peu plus de deux minutes, mais l’on tape inévitablement dans ses réserves. »

L’an dernier, à Strasbourg, Guillaume se souvient avoir terminé sur les rotules. « Je l’avais fait à fond. Il m’a fallu une demi-heure pour récupérer, j’étais à la limite de l’évanouissement. » Alors, forts de leur expérience, les Nordistes comptent répandre la réputation de cette discipline, et convaincre. « Dans notre métier, précise Guillaume, ça impressionne. La hiérarchie s’est quand même penchée là-dessus. » Et pour ce qui concerne le métier, pas de doute, ça fait avancer, progresser. L’expérience est riche. « En intervention, je me sens maintenant plus à l’aise avec l’appareil respiratoire », avoue l’homme du feu.

Entre sport et travail, le « firefighter combat challenge » est la passerelle idéale entre les professionnels du feu et les « civils ». « À Strasbourg, de nombreux spectateurs assistent aux rencontres, alors qu’ils sont étrangers à la profession. »

Le spectacle est garanti, sécurisé. Nous ne sommes plus de simples badauds, impressionnés par les sapeurs-pompiers bravant le feu et le danger, mais bien des spectateurs, admiratifs du simple geste qui sauve, finalement devenu un sport…
Contacter l'équipe d'Administration ou de Modération uniquement par courriel
portail.gardespompes@gmail.com

pas de réponse sur message privé
Avatar de l’utilisateur
Admin
L'Admin Du Portail
L'Admin Du Portail
 
Messages: 2173
Photos: 53
Inscription: 19 Fev 2009, 21:44
Localisation: 77340
Nom de famille: ADMINISTRATEUR

Retourner vers SPV - Sapeurs-Pompiers Volontaires

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

z cron