SDIS 66 - EXCLUSIF. Pompiers : 20 camions-citernes dangereux retirés

Les dernières Infos sur le SPP

SDIS 66 - EXCLUSIF. Pompiers : 20 camions-citernes dangereux retirés

Nouveau messagede Admin » 05 Aoû 2016, 14:22

Image
Le CCF des pompiers de Pézilla-la-Rivière accidenté : la citerne s'est-elle détachée du châssis ? Photo D.R

Incroyable série noire et double coup dur cet été pour les acteurs engagés dans la lutte contre les incendies de forêt : après un sérieux problème technique qui oblige la Sécurité civile a clouer au sol, depuis mardi les 12 Canadair, après un incident de roulage sur l’aéroport d’Ajaccio lundi soir, ce sont des camions-citernes feux de forêt -CCF- qui sont immobilisés, après la découverte de graves défauts techniques par le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 66) des Pyrénées-Orientales sur 6 châssis. Révélations.


Une toute récente note interne à la Sécurité civile et confidentielle que Infos H24 s’est procurée, signée de Philippe Le Moing-Surzur, sous-directeur de la planification et de la gestion des crises, adressée à l’attention du préfet qui est directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises atteste de l’immobilisation immédiate partout en France et en priorité dans le Sud des camions-citernes feux de forêt (CCF) Camiva de la série M 270 Renault immatriculés entre 2009 et 2013, après la découverte d’anomalies, à la suite de l’accident d’un CCF (un Camiva M 210 en revanche, donc de fabrication plus ancienne) de la caserne de Pézilla-la-Rivière, sur la commune de Baho, au nord de Perpignan, où le sapeur-pompier professionnel qui conduisait a trouvé la mort. C’était mercredi 13 juillet en fin d’après-midi, alors que les quatre pompiers se rendaient en renfort sur un feu de broussailles à Torreilles-Plage.

Les trois autres pompiers, dont le frère du conducteur décédé ont été grièvement blessés. Au stade actuel de l’enquête -gendarmerie et expert judiciaire en accidentologie près la cour d’appel de Montpellier- sur ce terrible drame, il est impossible de conclure que le CCF accidenté -dont la citerne se serait probablement détachée du plateau arrière dans une courbe, l’entraînant dans une vigne en contrebas- présentait un défaut technique, tel que celui détecté sur les 6 autres CCF. La conclusion des investigations, toujours en cours et qui sera transmise au procureur de la République de Perpignan le déterminera.
Boulons de fixation

« Le directeur départemental du Sdis des Pyrénées-Orientales vient d’informer le COGIC –NDLR : le Centre opérationnel de gestion interministériel des crises– d’un défaut technique constaté après contrôle visuel des CCF de la série M 270 Renault, à savoir : boulons de fixation des supports de suspension du train avant desserrés ou absents pour partie » est-il écrit au début de cette note. Qui précise que « cette anomalie a été constatée sur 6 châssis des 20 engins contrôlés (NDLR : dans les casernes des Pyrénées-Orientales, où ils ne sont plus opérationnels jusqu’à nouvel ordre), la série concernée porte sur les châssis immatriculés entre 2009 et 2013″. S’ensuit sur le document la diffusion de 4 photos montrant les fameux boulons desserrés ou absents.
« Défaut technique connu »

La note indique encore que, « le concessionnaire Renault Véhicules Industriels (RVI) de Perpignan a exigé le retour de ces engins dans son atelier en précisant que « ces boulonneries spécifiques doivent être changées dans leur intégralité. Il semblerait que ce défaut technique soit connu du constructeur et qu’il ait fait l’objet d’une note interne quant aux modifications à apporter dans le cadre des entretiens périodiques, lorsque les clients les confient aux concessions ».

Toutefois, dans la note, le signataire prévient que, « cette information nécessite d’être vérifiée auprès de RVI ». Selon nos informations, ce problème technique qui rendait dangereux la circulation de CCF du Sdis 66 de 2000 et de 4000 litres de type Camiva M270 des années 2009 à 2013 et de CCF Camiva M 210 plus anciens, lors d’interventions avait été signalé par des chefs de centre et des mécaniciens ces derniers mois. La direction du Sdis 66 avait semble t-il, alerté la concession RVI de Perpignan en charge de réaliser les contrôles techniques réguliers…

Image
Un CCF Camiva du Sdis 34 sur un récent feu de végétation. Photo Infos h24


Dans la note en question, il est annoncé que, « le Sdis 66 procède actuellement à l’inspection des châssis de la même série équipés en camions-citernes ruraux (CCR), outre le rappel au garage RVI de Perpignan des 20 CCF ». Elle recommande que « des inspections soient menées sur ces engins dans tous les Sdis ». Ce qui est en cours depuis ces dernières 48 heures.

Selon nos informations, la direction du Sdis de l’Hérault (Sdis 34) a ordonné mercredi le rapatriement urgent de ces CCF Camiva dotant les centres de secours du département pour une inspection des boulonneries. Dans tous les départements où des CCF sont hors service jusqu’à nouvel ordre, les Sdis disposent d’une réserve importante de camions porteurs d’eau, en cas d’incendies de végétation.

Extinction de l’action publique

Le 22 janvier dernier, par e-mail, la rédaction de Infos H24 avait demandé à la préfecture des Pyrénées-Orientales la confirmation officielle du rappel urgent pour inspection des châssis et de la fixation des citernes/cuves de ces CCF Camiva M 270 du Sdis 66, au lendemain de l’accident mortel de Baho, sans aucun retour à ce jour. Cette note de la direction générale de la Sécurité civile tombe à pic. « Les pompiers, qu’ils soient professionnels et volontaires qui grimpent chaque jour à bord de ces CCF pour partir en intervention, parfois sur des chemins montagneux escarpés pour combattre des feux de végétation doivent être informés de leur dangerosité présumée. J’espère que les autorités des Pyrénées-Orientales n’ont pas attendu qu’un des nôtres trouve la mort et que trois autres soient grièvement blessés pour réagir. Si ces défauts de boulonneries avaient bien été signalés au constructeur, c’est tout de même rassurant. Attendons les conclusions de ces enquêtes » témoigne un pompier de la région syndiqué, qui souhaite garder l’anonymat.

L’instruction sur l’accident mortel du CCF de Pézilla-la-Rivière, à Baho ouverte pour « homicide involontaire et blessures involontaires » débouchera sur un non-lieu, avec l’extinction de l’action publique et pour cause : le pompier professionnel qui était au volant est décédé. Le sergent-chef Bruno Collard avait 34 ans. Lors d’une cérémonie émouvante, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve lui avait rendu hommage.
Contacter l'équipe d'Administration ou de Modération uniquement par courriel
portail.gardespompes@gmail.com

pas de réponse sur message privé
Avatar de l’utilisateur
Admin
L'Admin Du Portail
L'Admin Du Portail
 
Messages: 1989
Photos: 5
Inscription: 19 Fev 2009, 21:44
Localisation: 77340
Nom de famille: ADMINISTRATEUR

Retourner vers SPP - Derniéres Nouvelles

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

z cron